We The People (Nous le Peuple)

We The People (Nous le Peuple)

 

N’avez-vous jamais connu cela étant petit, ce rêve de gosse de faire comme votre super héros favoris, sauver le monde ?

Nous vivons actuellement une période bien particulière, une période qui nous pousse dans nos retranchements, elle nous pousse à nous questionner.

Dans notre corps humain nous avons entre 10 000 et 100 000 milliards de cellules, toutes ont un rôle important, si une cellule ne joue plus son rôle elle se dépolarise, elle devient incontrôlable, elle perd sa connexion avec son ensemble, elle est comme un mort vivant dans son milieu, à la fois vivante car elle joue un rôle mais qui n’est plus le sien, compulsive elle se met à travailler mais n’utilise plus les bons outils pour cela, on peut la prénommer « cellule folle » c’est ce même genre de cellule que l’on retrouve dans certaines pathologies comme par exemple le cancer, qui lorsque l’on fait une biopsie on découvre que cette cellule dépolarisée et volontairement active dans un sens bien différent des autres (une cellule prévue pour le fonctionnement d’un organe par exemple, change de transmission d’information elle transmettra une information initialement prévu pour un cheveux ou une dent par exemple, perturbant totalement les cellules autours d’elle, qui à leurs tours disséminent cette nouvelle information et ainsi de suite.

Cette cellule,  joue un rôle de miroir autour d’elle invitant ses voisines à faire de même.

Nous avons deux scénarios qui se présentent à nous, c’est partie, vous êtes prêt ? ACTION !!

 

-Le premier, la cellule change de rôle, se dépolarise mais n’arrive pas à convaincre les voisines de ce changement, avec le temps elle meurt, l’organisme l’évacue. C’est l’Homéostasie.

-Le second elle joue pleinement ce rôle et clone ces voisines, qui font à leurs tours de même agrandissant la zone de folie tel un bon film de mort vivant, provoquant divers pathologies  allant jusqu’à envahir une zone (il sera « un kyste bénin »), voire deux, voire plus (il sera dans ce cas « un kyste malin »).

 

Nous sommes comme cette cellule du corps humain, nous venons sur cette terre avec un corps, un potentiel, des facilitées, des particularités, une richesse intérieur qui n’est pas encore consciente, puis nous vivons, nous grandissons, nous évoluons dans ce même monde.

Le monde nous offre à tous le même terrain, puisque nous vivons sur la même planète, nous avons tendance à nous rapprocher de nos congénères qui sont finalement comme nous, nous créons des groupes, des amitiés, cependant nous avons tous un rôle à part entière dans ce monde.

 

Comment vous situez vous, êtes-vous une cellule connecté ou déconnecté ? Polarisé sur votre véritable nature ou dépolarisé ? Est-ce que vous vous posez seulement la question ?

Vous êtes ce héros que vous admiriez petit, vous êtes ce héros qui sauvera à chaque fois Votre monde.

Nous sommes, chacun de nous, dans une période charnière, ou nous pouvons ressentir à la fois cette connexion et cette déconnexion avec le monde qui nous entoure.

Nous ressentons cette connexion quand nous nous sentons reliées même par des milliers de kilomètre car nous sommes attachées à une même cause, celle de se libérer de ce qui entrave nos libertés. Nous ressentons cette connexion, quand nous nous sentons en bonne santé tant par notre corps qui va bien que par notre esprit qui est serein.

Nous ressentons cette déconnexion quand nous nous sentons tellement différent face à ce flux d’informations parasitaires que nous ingurgitons au travers de nos différents sens. Nous ressentons cette déconnexion quand nous nous sentons décalé avec notre corps, nous ne parlons plus le même langage, nous ne l’écoutons plus, nous ne lui prêtons plus d’attention et encore moins d’intérêt, nous accueillons des idées et des pensées qui ne viennent pas de nous et qui nous plombe le morale nous nous sentons lourds et perturbé.

 

 

Nous sommes le dernier jour de l’année 2020, nous sommes comme chaque 31 décembre à la fin d’un cycle (une année) pour redémarrer sur le prochain le 1er janvier 2021 (une nouvelle année).

En ce jour, il est temps, … temps de se poser les bonnes questions, de quel peuple voulez-vous faire partis ? Êtes-vous cette cellule qui perd peu à peu conscience de ce qu’elle est, de son rôle et de son utilité ? Ou au contraire, celle qui se réjoui à l’idée de vivre pleinement chaque journée, se recentrant quoi qu’il arrive, peu importe ce que dit son voisinage (exemple du kyste).

N’avez-vous jamais vécue cette expérience du doute, celui qui va jusqu’à vous rendre malade, celui qui va vous dérouter et vous détourner de votre réalité pour plonger dans une autre qui n’est pas la vôtre.

Puis vous croisez cette personne, vous entendez un langage différent, vous percevez cette façon de voir la vie différemment,  elle  vous interpelle. Cette personne ne doute pas, elle est confiante

D’ailleurs, quand vous lui dite :

« Bonne année !  En espérant que la prochaine ne sera pas pire que la précédente, car dis donc cette année 2020 était vraiment catastrophique » (vous connaissez la musique)

Elle répond, sans argumenter, vous regarde et vous dit :

« Bien sûr qu’elle le sera ! », avec une affirmation qui sonne comme le coup d’un réveil matin pendant que vous étiez dans un profond sommeil. « Il va y avoir du changement ! » Elle sourit et repart à ses occupations.

A ce moment-là comment vous sentez vous ? De quel peuple faite vous partis ? À la seconde ou vous avez vécu cette expérience, qui n’a pourtant durée que quelques minutes ? Faites-vous le choix de faire partie de ce peuple, celui même qui vous a fait sursauter et sortir de votre train d’onde? Ou souhaitez-vous replonger avec celui qui s’éteint ?

Je vous propose de goûter ces mots, en attendant …

Je vous souhaite une merveilleuse année 2021, dans un monde de perpétuel changement qui ne cessera de vous surprendre, car ce changement provient de chacune de vos/nos cellules, cette énergie nouvelle qui s’intègre à nous petit à petit, alors ne résistons pas/plus au changement car quoi qu’il arrive il se fera, d’ailleurs il a déjà commencé…

 

 

 

Karen Romani le 31/12/2020

 

 

Leave a Comment